Les différentes composantes d'un implant dentaire



Un grand nombre de facteurs peut expliquer la perte d’une dent. Qu’il s’agisse d’une fracture ou d’une maladie systémique, une dent manquante est particulièrement inesthétique.

L’esthétique dentaire intègre aujourd’hui de nouvelles techniques pour restituer la dentition. C’est le cas de l’implant dentaire particulièrement efficace. Cette prouesse biotechnologique est idéale pour remplacer une dent isolée ou une mâchoire édentée. La pose d’un implant ne présente aucune limite d’âge, à condition de ne pas présenter de facteurs à risque.

Aujourd’hui, l’implantologie est une pratique fiable, avec un taux de réussite important. Vous souhaitez en savoir plus sur ce dispositif médical innovant ? Nos spécialistes vous détaillent les différentes composantes présentes dans l’implant dentaire.

Implant dentaire : quel est son rôle ?

Définition d’un implant dentaire :
Un implant dentaire consiste à introduire une racine artificielle pour combler une dent manquante. Le matériau le plus souvent utilisé est le titane, que l’on fixera dans l’os alvéolaire. Cette racine artificielle permet d’accueillir une prothèse de dent en céramique. La pose d’un implant est une démarche esthétique et fonctionnelle.

En effet la perte d’une dent engendre des difficultés de mastication. Les dents voisines compensent, ce qui peut entraîner une malocclusion dentaire. Par ailleurs, laisser une dent manquante engendre un ensemble de troubles annexes. On cite par exemple une perte osseuse, des difficultés d’élocution ou une mauvaise digestion.

Notons que la pose d’un implant s’applique sur une ou plusieurs dents manquantes. La cause d’un implant dentaire reste très variable. Elle est envisagée dans certains cas courants : pour soigner une carie, une fracture de la dent ou une parodontite. Si le germe de la dent est inexistant, la pose d’un implant est aussi recommandée.

Les contre-indications à l’implant :
Pour poser l’implant, l’os de la mâchoire doit être en bon état. Cependant, il existe certaines contre-indications qui peuvent compliquer l’acte chirurgical. C’est le cas lorsque le patient souffre de maladies chroniques, comme le diabète, l’hypertension, l’insuffisance rénale ou certaines pathologies valvulaires.

Dans certains cas un tabagisme ou un volume osseux insuffisant peuvent expliquer l’échec d’un implant. Un patient trop jeune ou une femme enceinte sont des facteurs à risque à prendre en compte.

Le déroulement d’une séance de pose d'un implant dentaire :
La pose d’un implant nécessite entre une à trois séances, en fonction du cas à traiter. Une couronne provisoire est ensuite installée le temps de la cicatrisation. Pour y parvenir, le praticien prépare l’emplacement de l’implant dans l’os. Après une période entre 6 semaines et 6 mois, le pilier en titane peut enfin être posé.

Ce dernier permet de relier l’implant à la couronne définitive. Notons que la pose d’un implant nécessite une hygiène bucco-dentaire impeccable. C’est pourquoi une visite régulière chez le praticien est vivement conseillée. L’utilisation de bain de bouche ou de brossettes pourra être indiquée par le professionnel de santé.


Quels sont les composants d’un implant ?

Un implant dentaire est composé de différentes pièces afin de lui assurer une parfaite stabilité. Ces pièces sont emboîtées de manière rigoureuse par le professionnel de santé. Elles sont indissociables et travaillent en synergie pour retrouver confort et esthétisme.

L’implant dentaire
Cette pièce dentaire est également surnommée « racine artificielle ». Fabriquée en zircone ou en titane, elle s’insère directement sur l’os de la dent manquante. L’implant dentaire a la forme d’une vis élaborée dans un matériau biocompatible.

En effet, le titane est parfaitement toléré par l’organisme et ne présente aucune toxicité. Un implant est conçu pour s’adapter à l’os du patient. Cependant sa taille ne varie pas, puisqu’elle se base sur celle de la racine naturelle.

La pose d’un implant est particulièrement importante pour la suite du processus. En effet, la vis en titane est également conçue pour recevoir le pilier puis la couronne définitive.

Le pilier
Le pilier prothétique est une pièce directement vissée dans la dent. Il s’agit d’une pièce intermédiaire qui fait la connexion entre la vis et la prothèse. Le pilier permet d’éviter les frottements de la prothèse contre la gencive.

C’est une pièce capitale qui sert d’ancrage à la prothèse finale. Au niveau des matériaux, le praticien privilégie généralement le même que celui de l’implant.

La prothèse dentaire
La couronne qui remplace la dent manquante est directement vissée sur le pilier. C’est le seul élément de l’implant visible, puisqu’il prend l’apparence d’une dent naturelle. Généralement, le praticien choisit un matériau en céramique, particulièrement résistant et esthétique.

La pose d’une couronne est souvent différée par rapport aux deux autres éléments. En effet, le but est de laisser la mâchoire s’habituer à la vis. Le praticien peut appliquer une bague de cicatrisation sur l’implant. Dans ce cas, la pose d’une vis de couverture pendant la période d’ostéo-intégration n’est pas nécessaire.

Néanmoins, ce dispositif est mis en place seulement si le patient présente une bonne cicatrisation. Notons qu’un implant définitif a une durée de 20 ans en moyenne. Le patient reçoit un passeport à la fin de l’intervention, comprenant les informations relatives à l’implant (référence, taille, identité du fabricant, etc.).

Ce dernier permet une parfaite traçabilité du dispositif de soin. Un suivi régulier chez votre praticien est recommandé pour constater l’évolution de l’implant. Même s’il est rare, le rejet d’un implant est phénomène susceptible d’arriver. Dans ce cas, la pose d’une nouvelle prothèse est programmée par le praticien.

La pose d’un implant dentaire est une intervention pratiquée sous anesthésie locale. Elle est donc parfaitement indolore pour le patient qui la reçoit. Le traitement a une durée de vie variable en fonction de l’importance des soins. La durée d’intervention est estimée entre 4 mois et un an en moyenne.

La réussite du traitement par implant est aujourd’hui importante. Cependant, elle dépend de certains critères, comme l’expertise du praticien, un contrôle régulier en cabinet, et la mise en place d’un traitement personnalisé. La mise en place d’une bonne hygiène bucco-dentaire est aussi primordiale. Ces dernières années, l’implantologie a connu des progrès considérables.

Grâce à la représentation en 3D sur ordinateur, la restauration des dents a gagné en précision. Notons que l’arrêt du tabac est vivement encouragé pour améliorer le processus de cicatrisation. Il permet de consolider l’intégration de l’implant dans l’os et d’allonger sa durée de vie.